Safe Ta Night

Safe Ta Night

Informations Covid-19

ATTENTION!! Informations liées au COVID-19

En raison des mesures gouvernementales prises pour limiter la propagation du corona virus dans la population, les soirées, festivals et évènements festifs se sont arrêtés provisoirement de même que les évènements indiqués sur l’agenda du site, les personnes travaillant dans le secteur de la Promotion de la Santé en milieu festif ont également suspendu leur activité sur le terrain.

Nous ne pouvons qu’imaginer les conséquences morales, artistiques, humaines que peut entraîner cette cessation d’activité pour les lieux, les festivals, les organisateurs d’évènements et leur personnel, nous pensons également aux difficultés financières qu’elle engendre.
Nous souhaitons aux fêtards et aux fêtardes, aux lieux, aux organisateurs d’évènements ainsi qu’à leur personnel au nom de tout le réseau Safe Ta Night et de l’équipe de Modus Vivendi, courage et patience afin de traverser ces moments difficiles.

Pour toutes questions à propos du réseau Safe Ta Night, vous pouvez continuer à nous joindre par mail info@safetanight.be . Vous pouvez continuer à contacter nos partenaires via mail ou téléphone. Ceux-ci renseignent, sur leur site ou leurs pages Facebook, différentes informations utiles ainsi que leur fonctionnement en période de confinement.

Pour vous tenir au courant:
Plateforme Prévention Sida: https://preventionsida.org/fr/covid-19-les-activites-de-la-plateforme-prevention-sida-sont-impactees/
et https://www.facebook.com/preventionsida/
Ex Aequo: https://www.exaequo.be/fr/gay-life/sexe-gay/passer-au-sexe-virtuel et https://www.facebook.com/asbl.exaequo/
Fédération de Centre Laïque de Planning Familal: https://www.planningfamilial.net/ et https://www.facebook.com/flcpf/?ref=br_rs
Modus Fiesta: https://www.facebook.com/modus.fiesta/
Quality Nights: https://www.facebook.com/QualityNightsFR/

COVID-19 : Conseils de RdR liés à l’usage de drogues

CONSEILS DE RÉDUCTION DES RISQUES POUR LES PERSONNES QUI CONSOMMENT DES DROGUES PENDANT LA CRISE SANITAIRE DU COVID-19 (CORONAVIRUS)
Pour télécharger et/ou imprimer le document.
Certains d’entre eux sont plus faciles à suivre que d’autres, et certains peuvent sembler impossibles selon votre situation actuelle. Faites-le du mieux que vous pouvez.

1- ÉVITEZ LE PARTAGE DE VOS MATÉRIELS ET PRODUITS
Ne partagez pas les cigarettes électroniques / cigarettes, joints, pipes, bangs, ni tubes nasaux tels que les pailles. Si vous décidez quand même de partager votre matériel, essuyez les embouchures avec un tampon alcool avant de partager ou utilisez des embouchures séparées y compris pour l’inhalation de poppers.
Mettez le matériel utilisé pour fumer, sniffer et injecter dans un récipient approprié afin que les gens sachent qu’ils sont utilisés. Si vous pratiquez l’injection veillez à avoir assez de matériels stériles pour plusieurs semaines afin de ne pas tomber à court. Voir numéros utiles à la fin de cette page (au point 11.).

2- ÉVITEZ LES CONTACTS SEXUELS AVEC DE NOUVEAUX PARTENAIRES
Si vous avez des relations sexuelles fréquentes avec des nouveaux partenaires ou si vous faites du travail sexuel, sachez que le COVID-19 peut être transmis facilement par des contacts étroits. Il sera difficile d’éviter une contamination si votre partenaire est porteur du virus et encore contagieux.
Des personnes peuvent être asymptomatiques (pas malades) mais contagieuses. Si vous êtes adepte de la pratique du “CHEMSEX” à plusieurs partenaires, les rassemblements intimes non essentiels de 3 personnes ou plus sont actuellement interdit. Évitez le risque d’être dénoncé et d’être pris en possession de produits illicites. Plus d’info sur www.chemsex.be.
Si vous recevez des antirétroviraux pour une sérologie positive au VIH sachez que la rumeur laissant croire que la Prep et/ou un traitement anti VIH est efficace contre le COVID-19 est fausse !

3- PRÉPAREZ PROPREMENT VOS MÉDICAMENTS ET/OU VOS PRODUITS
Essuyez les surfaces où vous préparez vos produits avant et après utilisation, avec de l’eau de Javel par exemple. Essuyez les paquets de médicaments qui viennent de l’extérieur ou que vous achetez en rue. Si vous recevez des gens qui ne vivent pas sous votre toit, veillez à essuyer les comptoirs, les éviers, les poignées de porte et toute autre surface que les mains peuvent toucher.
Le smartphone / téléphone portable peut véhiculer le virus : ne le laissez pas manipuler par d’autres personnes et bien entendu, évitez d’y déposer vos produits en poudre.
Si vous vous faites livrer des produits à votre domicile veillez à respecter les règles d’hygiène de base : respectez la distanciation sociale (1m50 entre vous et l’autre personne) et désinfectez correctement les communs si vous habitez un immeuble avec plusieurs locataires. L’échange de pièces ou de billets peut représenter un risque supplémentaire que vous pouvez prévenir en vous lavant à nouveau les mains !

4- ÉVITEZ LES SURDOSES/OVERDOSES
Les services d’urgence sont surchargés lors d’une épidémie de cette ampleur et ils peuvent tarder à répondre aux appels (112). Si vous êtes seul ou que vous avez déjà fait des overdoses dans le passé, diminuez ou contrôlez la fréquence de votre consommation. Ce n’est pas la bonne période pour un passage aux urgences.

5- SI VOUS RECEVEZ UNE MÉDICATION
Votre médecin continuera à vous prescrire votre traitement et les pharmacies restent ouvertes. Contactez votre médecin prescripteur pour convenir avec lui la démarche à suivre.

6- PRÉVENEZ SI POSSIBLE UN RISQUE DE “SEVRAGE BLOC”
Si vous consommez de l’alcool, des drogues ou des médicaments non prescrits (marché noir) et que vous êtes dépendant “physiquement”, il est important de consulter un médecin afin de prévenir un sevrage trop brutal et parfois dangereux pour la santé notamment avec les sédatifs (benzodiazépines, GHB, alcool).
Évitez l’automédication et la compensation excessive avec l’alcool ou les médicaments surtout si vous n’en consommez pas d’habitude.

7- PROFITEZ DE L’OCCASION POUR ENTAMER UN JEÛNE ?
Certains pourront peut-être se préparer à expérimenter une abstinence qui sera peut-être facilement motivée par ce contexte exceptionnel. Des usages festifs mais réguliers et intenses de produits stimulants (cocaïne, amphétamines et dérivés) ou autres sédatifs comme l’alcool, la kétamine ou le GHB ne sont pas sans conséquence sur la santé physique.
En l’absence de contexte festif du à cette situation exceptionnelle, il vous sera peut-être “facile” de diminuer votre consommation habituelle voir vous abstenir et d’entamer un jeûne si vous vous en sentez capable et si votre contexte de confinement le permet. Cela pourrait être une expérience supplémentaire et peut être positive. Si votre contexte de confinement ne le permet pas alors si possible soyez attentif à la gestion de votre consommation.

8- LIMITEZ VOS CONTACTS SOCIAUX
Évitez les endroits où se rassemblent de nombreuses personnes, y compris “les corona party’. Rappelez-vous que les rassemblements sont interdits actuellement et que la police surveille et verbalise. Si possible restez informé et connecté pour vous tenir au courant des nouvelles consignes nationales via www.info-coronavirus.be

9- SI VOUS ÊTES HOSPITALISÉ POUR LE COVID 19
Il est important d’informer le médecin de vos consommations licites et/ou illicites habituelles. La chloroquine et l’hydroxychloroquine (Plaquenil®) sont utilisées dans des unités médicales et il existe des risques d’interactions médicamenteuses avec les psychotropes :
psychostimulants (speed, cocaïne, amphétamines modifiées, méthamphétamine),
opiacés (méthadone, buprénorphine, tramadol)
mais également avec d’autres psychotropes délivrés sous ordonnances comme les antidépresseurs (imipramine, mirtazapine, fluoxétine, citalopram, clomipramine, sertraline, venlafaxine) et certains antipsychotiques (clozapine, quétiapine, risperidone, aripiprazole, prométhazine, haloperidol, cyamemazine). Des études révèlent une toxicité cardiaque.

10 – A LA FIN DU CONFINEMENT, ATTENTION AUX OVERDOSES
A la fin du confinement, si vous n’avez pas consommé depuis un moment, commencez par une dose d’essai. Les risques d’overdose (et de décès) sont très élevés après une période d’abstinence (arrêt) ou forte diminution de votre consommation habituelle. La tolérance à une substance peut chuter rapidement (souvent en quelques jours) suivant l’arrêt de la consommation.

11 – NUMÉROS UTILES
Infor-Drogues reste à votre écoute : 02 227 52 52 (Lundi-vendredi : 8h-22h et samedi : 10h-14h).
Pour les Bruxellois, le numéro vert de Bruxelles-Soutien : 0800 35 243 (Lundi-vendredi 8h-20h et week-end : 10h-18h). Au bout du fil, un travailleur répondra à votre situation d’urgence soit directement, soit en vous orientant vers un autre service professionnel.
Ligne d’écoute en santé mentale soirs et week-end (Bruxelles) : 02 501 01 27 ou 28-29 (Lundi-vendredi : 18h-22h et week-end : 9h-17h).
En cas de violence conjugale : 0800 30 030
En Wallonie, le numéro vert pour les urgences sociales : 1718 (Lundi-vendredi :8h30-17h). Pour les germanophones : 1719.
En appelant le numéro 107, vous entrerez en contact avec un bénévole de Télé-Accueil (permanence téléphonique 24h/24 7j/7).
Pour le matériel de Réduction des Risques à Bruxelles : 02 503 29 71 (Dune) ou 02 215 89 90 (Transit).